Illettrisme

Dans le critère des quatre questions, le 4ème objectif du Rotary (l’entente entre les peuples et la paix) demande expressément d’accorder une attention particulière au problème de l’analphabétisme/illettrisme.

Avoir la possibilité et la capacité de lire et écrire, de comprendre des textes et des documents simples, voilà qui contribue incontestablement à la dignité, au respect de soi et au développement d’opportunités chez tout individu.

L’illettrisme est-il un phénomène limité aux pays du tiers-monde ou aux pays en développement ? Nous ne le croyons pas : en Belgique par exemple, 1 adulte sur 10 ne peut ni lire ni écrire de manière satisfaisante. Mais dans nos pays développés, il existe évidemment la possibilité de recourir à des opportunités complémentaires, telle que l’enseignement basique ou l’enseignement de promotion sociale.

À l’échelle mondiale, le problème est beaucoup plus grave. Plus d’un milliard de personnes, dont 26% d’adultes (parmi lesquels deux tiers de femmes) ne peuvent ni lire ni écrire.

En ce début de 21ème siècle, un milliard d’individus ne disposent pas de cette faculté élémentaire qui consiste à savoir lire ou écrire son propre nom. D’un point de vue économique, cette situation est encore plus dramatique pour les femmes puisque, dans le monde, deux tiers de la masse globale de travail (industrielle, manuelle, intellectuelle et domestique) est effectué par des femmes, alors que 10% à peine du revenu mondial leur revient et que 1% seulement de toutes les richesses mondiales leur appartient (source : OMS/rapport des Nations-Unies).

À maintes reprises, le Rotary International a affirmé que la culture et donc le fait de savoir lire et écrire constituaient une condition préalable fondamentale pour garantir le chemin vers la paix.
Les Nations-Unies ont décrété la période 2003-2012 « décennie de l’alphabétisation ». Mais après 2012, il faudra sans doute encore faire de gros efforts.

Quels objectifs le District peut-il viser ?

Maintenir constamment la question de l’analphabétisme à l’ordre du jour, par exemple :

  • en garantissant une communication satisfaisante avec les clubs
  • en mettant la question à l’agenda de l’assemblée et de la conférence du district, ainsi que des séminaires de formation
  • en organisant éventuellement un séminaire spécifique consacré à l’illettrisme.

André CAMBIER
Rc Diksmuide-Westkust
D1620 - Actiegroep Analfabetisme

comments powered by Disqus